L’envie d’apprendre : la super soft skill de l’agilité

Le blog du Happy Learning
l'envie d'apprendre soft skill skilltroc

Les mutations profondes du monde professionnel poussent les entreprises dans une course à l’agilité. Ce mot-valise est devenu le nouveau crédo des top managers, car synonyme de réactivité et d’adaptabilité pour répondre aux enjeux de transformation. Tout désormais doit être agile : des méthodes aux employés. Si côté méthodes, les techniques sont connues, côté collaborateurs, les DRH et les recruteurs s’accordent sur le fait que ce sont les compétences socio-émotionnelles (aussi appelées soft skills), les nouveaux marqueurs d’agilité. Oui, ce sont nos soft skills vont nous aider :

  • à faire face aux changements et au manque de visibilité sur les métiers de demain,
  • mais surtout compléter nos compétences techniques qui ne suffisent plus.

Sur quelle soft skill miser en priorité pour s’assurer une forte adaptabilité des salariés ? Il y en a une dont on parle trop peu et qui nous semble pourtant LA plus importante.

Rappel : Qu’est-ce que les soft skills ? 

Les soft skills sont des caractéristiques personnelles, socio-émotionnelles ou comportementales, qui permettent d’interagir de manière efficace et harmonieuse en fonction de l’environnement, des interlocuteurs et du contexte. Ces compétences liées à un savoir-être, relèvent avant tout de la personnalité, plus que du parcours : pédagogie, créativité, gestion du stress, écoute, adaptabilité, empathiecapacité à trouver une solution, etc.. 

Les pays anglo-saxons ont été les premiers à accorder de l’importance des soft skills dans les années 90. Aujourd’hui, elles sont présentes dans les parcours de recrutement et sont désormais le fruit de nombreux programmes de formation professionnelle, d’auto-formations, webinars, podcasts, ouvrages…

l'envie d'apprendre soft skill

Les soft skills à développer en priorité

Si l’on se fie à cette étude, menée dans 15 pays par le World Economic Forum, voici les soft skills que les salariés estiment indispensables de posséder d’ici 2020. Le management de problèmes complexesa été cité comme qualité première indispensable pour se distinguer, suivi par la pensée critique et la créativité. D’autres soft skills sont également citées comme la gestion des équipes, la coordination, l’intelligence émotionnelle, le jugement et la prise de décision.

World Economic Forum soft skills

La soft skill la plus importante de toutes !

Pourtant, il est une compétence comportementale prioritaire que l’on ne trouve pas dans cette liste et mais que l’on peut mettre au-dessus de toutes les autres : l’envie d’apprendre (#learntolearn). Une citation du célèbre écrivain, sociologue et futurologue américain, Alvin Toffler, va même plus loin en nous confrontant à la notion de désapprentissage et de réapprentissage.

Les analphabètes du XXIème siècle ne seront pas ceux qui ne savent ni lire ni écrire. Ce seront ceux qui ne savent pas apprendre, désapprendre et réapprendre. (Alvin Toffler)

Garder son cerveau souple et perméable à l’apprentissage est fondamental et ne doit surtout pas s’arrêter après l’école. Bien au contraire ! Comme un sportif, c’est en restant dans une dynamique constante d’apprentissage que l’on garde et stimule cette capacité à intégrer et mémoriser des nouveaux savoirs. Dans cette période de mutation des organisations, la question n’est finalement pas “est-ce que l’entreprise et les employés ont les bonnes compétences techniques et comportementales”, mais ont-ils le potentiel pour en apprendre de nouvelles.

Apprendre à apprendre ? 

Dans la revue How To Cultivate Learning Agility, publiée par Harvard Business Publishing, nous apprenons que les 3 leviers pour stimuler notre agilité à apprendre sont : 

Le potentiel à apprendre

L’apprentissage nécessite un état d’esprit ouvert et réceptif. Après des années d’expérience, nous gagnons souvent en expertise et en compétence, mais nous pouvons nous fourvoyer sur la façon de faire les choses (car plus adaptée aux nouveaux standards ou technologies), et oublier de les remettre en cause, voire pire attendre que l’on nous impose une nouvelle méthode.

La motivation pour apprendre

Changer les comportements enracinés et les habitudes est un travail difficile. En rendant l’apprentissage plus agréable, participatif, interactif, basé sur la mise en pratique, les entreprises peuvent stimuler l’agilité d’apprentissage de leurs employés. Ainsi, conscients des bienfaits d’un apprentissage continu, les employés se doteront d’une faculté d’adaptation pour apprendre de manière plus cohérente et efficace de nouvelles compétences.

soft skill apprendre à apprendre

 L’adaptabilité pour apprendre

Plutôt que de simplement suivre une routine habituelle, les employés dotés de la faculté d’adaptation pour apprendre de manière plus cohérente et constante, constate une réelle efficacité sur leurs compétences. Cela leur permet de déterminer plus facilement et avec autonomie quelles compétences améliorer et identifier de nouvelles voies pour y parvenir.

En conclusion ? 

Quand les employés deviennent plus agiles, c’est toute l’entreprise qui le devient ! Permettre de cultiver le goût d’apprendre au fil de la vie en entreprise offre aux collaborateurs une porte vers l’autonomie, la confiance et l’épanouissement. Mais surtout, cette super-soft skill permet d’être solidement équipé pour affronter les changements. De nombreuses méthodes existent pour développer cette envie d’apprendre. Le développement de communautés apprenantes en entreprise en est une qui offre de nombreux avantages.

Pour en savoir plus sur les communautés apprenantes et le partage de connaissances en entreprise ►► Skiltroc.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Envie de tous nos conseils et nos focus tendances #RH, #Futureofwork et #Sociallearning directement dans votre boîte Email ! Il suffit de nous laisser votre Email !

You May Also Like